Posted on

Exercice qui fait du bien # 35

Transformer son état par les mots

Guérison vs rétablissement

Tu t’es peut-être aperçu que j’utilise rarement le mot « guérison ». Je préfère employer le terme « rétablissement ». Pourquoi ? Parce que je trouve que ce dernier amène moins de pression sur les épaules. Guérir, pour moi, veut dire que la maladie est complètement cessée, derrière nous, que nous avons vaincu les symptômes une bonne fois pour toutes. Si je me dis guérit et que, durant un coup dur de la vie, je récidive dans la maladie, je ne m’en ressentirai que plus déprimé. Je penserai possiblement que tout est à recommencer. Si, toutefois, j’utilise « en rétablissement » ou « en rémission » et que, durant une période difficile je rechute, le mot viendra assouplir la culpabilité que je pourrais ressentir. L’étape dans le processus de la maladie devient alors plus malléable. Puisqu’on est obligé de se nourrir pour sa survie et que la relation avec la nourriture peut se redéfinir dans le temps, je crois que le choix des mots prend une valeur notable sur notre état d’esprit.

C’est un peu la même chose lorsque je parle de quelqu’un qui souffre, par exemple, de boulimie. Je vais rarement désigner la personne de « boulimique ». J’ai l’impression qu’ainsi, je ne réduis pas la personne à sa maladie. Le pouvoir des mots est énorme sur notre perception de notre réalité et de l’espoir qu’on porte au futur.

La charge mentale

On essaie encore ? Si je me dis qu’il faut que je fasse du lavage, qu’il faut que j’appelle chez le dentiste pour prendre rendez-vous et que je dois poser un cadre dans la maison, ça semble pénible hein ? Si je me dis plutôt que je décide de faire du lavage, que j’ai envie de prendre un rendez-vous chez le dentiste et que j’ai le goût de poser le cadre sur le mur, ça amène plus d’intérêt à la tâche ? On peut tout autant amener le résultat en avant-plan. Nommer que j’aie envie d’avoir des vêtements lavés, que j’aie le goût que mes dents soient propres et vues par un professionnel ou que j’aie hâte de voir l’effet du beau cadre dans la pièce, ce ne sont peut-être que des détails, mais les répercussions qu’ils peuvent apporter à cette charge mentale en valent le coup selon moi.

Fais-le test!

Fais-le test cette semaine ! Qui sait, peut-être que tu vas dorénavant modifier ton discours interne pour revisiter le bonheur du quotidien, savourer la rémission ou atténuer le poids de la charge mentale !

Commente ici!