Musique et chroniques​

Une doudou pour l’âme, voilà ce que ces chansons ou extraits audios m’ont apportés. Du message d’espoir passant par la complexité des émotions partagées, ces découvertes sont des petites perles. À écouter attentivement pour en analyser les messages et incorporer les leçons.

Sur les ondes du FM93,  l’animatrice de radio de la ville de Québec nous révèle l’histoire de son trouble alimentaire. Karen se rappelle de l’origine de sa maladie comme si c’était hier. Elle nous explique avec moult détails sa bataille avec la maladie et les outils qu’elle a utilisé pour se départir de l’anorexie. 

Les deux nutritionnistes et amis discutent de la peur de prendre du poids durant la pandémie, des zones « grises » des troubles alimentaires et de la tendance qu’a la société à mettre l’emphase sur « bien manger » et les dangers qui y sont reliés, comme tomber dans l’extrême et développer l’orthorexie. En deuxième partie, le charmant duo interroge Marie-Jean Cournoyer, nutritionniste à l’hôpital Ste-Justine, qui nous instruit et nous fait réfléchir sur les déséquilibres alimentaires en réponse à des besoins émotionnels et physiologiques. Elle réussit à nous remettre en question en nous amenant des réflexions telles que: c’est correct de « manger ses émotions ». À écouter!

Dans cet épisode de podcast, Émilie Laystary reçoit Caroline Arrouet, qui a souffert d’anorexie et de boulimie durant des années. Elle revient à cœur ouvert sur sa période difficile de sa vie. En deuxième partie, on peut écouter Catherine Grangeard, psychanalyste, nous expliquer sa vision éclairée des corrélations entre les troubles du comportement alimentaire, le rapport émotionnel de l’action de se nourrir et les messages contradictoires que nous impose la société.

«Chez nous il n’y a pas de balances, très peu de miroirs, aussi, on parle jamais du poids. (…) Je pense que les interdits deviennent des obsessions.» – Extrait de la chronique dans Véronique et les Fantastiques.

Cette chanson dénonce la pression d’avoir un corps qui s’accorde aux normes de la beauté et le tourment qu’on s’inflige à vouloir atteindre ces standards physiques.

%d blogueurs aiment cette page :